MANGA CLASSICS: MACBETH © Manga Classics, Inc.

Les Classiques en Manga Général écossais, Macbeth est au service du roi Duncan. De retour de la guerre en compagnie de son frère d’armes Banquo, ils rencontrent trois sorcières qui leur font d’étranges prédictions : le premier sera nommé thane de Cawdor avant d’accéder au trône et le second engendrera une lignée de rois. Voyant la première prophétie se réaliser suite à l’obtention du nouveau titre de son époux, Lady Macbeth, avide de pouvoir, encourage son mari à tuer le roi afin de prendre sa place. Après ce meurtre, le sang appelant le sang et la folie, nobles et autres serviteurs perdront la vie les uns après les autres… D’après l’oeuvre de William Shakespeare MACBETH

UN LIEU DÉCOUVERT. ACTE I SCÈNE I

008 quand le bacchanal aura cessé… en quel lieu ? sera-ce par le tonnerre, les éclairs ou la pluie ? ce sera avant le coucher du soleil. quand nous réunirons-nous maintenant toutes les trois ? quand la bataille sera gagnée et perdue.

j’y vais, grimalkin ! pour y rencontrer macbeth. tout à l’heure ! sur la bruyère. paddock appelle.

volons à travers le brouillard et l’air impur. horrible est le beau, beau est l’horrible.

11 DUNCAN - LE ROI D’ÉCOSSE ACTE I SCÈNE II il me semble, d’après son état, qu’il pourra nous dire où en est actuellement la révolte. UN CAMP PRÈS DE FORRES. quel est cet homme tout couvert de sang ?

012 en brave et intrépide soldat pour me sauver de la captivité. elle demeurait incertaine, comme deux nageurs épuisés qui s’accrochent l’un à l’autre et paralysent tous leurs efforts. c’est le sergent qui a combattu… apprends au roi ce que tu sais de la mêlée : en quel état l’as-tu laissée ? MALCOM – FILS AÎNÉ DU ROI DUNCAN salut, mon brave ami !

car tout l’essaim des vices de la nature s’est abattu sur lui pour l’amener là)… semblait se faire la prostituée d’un rebelle. mais tout cela n’a pas suffi. l’impitoyable macdowald (bien fait pour être un rebelle… avait reçu des îles de l’ouest un renfort de kernes et de gallowglasses ; et la fortune, souriant à sa cause maudite…

avec son épée qu’il brandissait toute fumante d’une sanglante exécution, s’est ouvert un passage, jusqu’à ce qu’il se soit trouvé en face du traître… MACBETH le brave macbeth (il a bien mérité ce nom) dédaignant la fortune comme le favori de la valeur…

015 o mon brave cousin ! digne gentilhomme ! ont surgi de nouvelles détresses. écoute, roi d’écosse, écoute. et qu’il n’eût placé sa tête sur nos remparts. ainsi de la source d’où semblait devoir arriver le secours… à qui il n’a pas donné de poignée de main ni dit adieu, qu’il ne l’eût décousu du nombril à la mâchoire… de même que le point où le soleil commence à luire est celui d’où viennent éclater les tempêtes qui brisent nos vaisseaux, et les effroyables tonnerres… à peine la justice, armée de la valeur, avait-elle forcé ces kernes voltigeurs à se fier à leurs jambes…

a commencé une seconde attaque. comme les passereaux l’aigle, ou le lièvre le lion. à moins qu’ils n’eussent résolu de se baigner dans la fumée des blessures, ou de laisser à la mémoire le souvenir d’un autre golgotha, je n’en sais rien. pour dire vrai, je ne les puis comparer qu’à deux canons chargés jusqu’à la gueule de doubles charges, tant ils redoublaient leurs coups sur les ennemis. avec des bataillons tout frais et des armes bien fourbies… oui. que le chef des norwégiens, saisissant son avantage… cela n’a-t-il pas effrayé nos généraux macbeth et banquo ?

c’est le digne thane de ross. ROSS elles ont un parfum d’honneur. allez avec lui, amenez-lui les chirurgiens. quel empressement peint dans ses regards ! à le voir, il aurait l’air de nous annoncer d’étranges choses. tes paroles te vont aussi bien que tes blessures. qui s’avance vers nous ? mais je me sens faible ; mes plaies crient au secours. LENNOX dieu sauve le roi !

018 où les bannières des norwégiens insultent les cieux… et secondé par ce traître déloyal, le thane de cawdor, avait engagé un combat funeste… de fife, grand roi… le roi de norwége en personne, à la tête d’une armée terrible… d’où viens-tu, digne thane ? et glacent nos gens du vent qu’elles agitent.

a dompté son farouche courage. pour conclure, la victoire nous est restée. s’est mesuré avec lui à forces égales, et son fer opposé contre un fer rebelle, bras contre bras… lorsque le nouvel époux de bellone, revêtu d’une armure éprouvée…

suénon, le roi de norwége, demande à entrer en composition : le thane de cawdor ne trahira plus nos intérêts confidentiels. je vais faire exécuter vos ordres. maintenant… qu’il n’eût déposé d’avance à saint-colmes-inch dix mille dollars pour notre usage général. et saluez macbeth du titre qui lui a appartenu. quel bonheur ! nous n’avons pas daigné lui permettre d’enterrer ses morts… allez, ordonnez sa mort… ce qu’il a perdu, le brave macbeth l’a gagné.

021 ACTE I SCÈNE III tuer les cochons. UNE BRUYÈRE PRÈS DE FORRES. où as-tu été, ma sœur ?

022 donne-m’en, lui ai-je dit. arrière, sorcière ! m’a répondu cette maigrichonne nourrie de croupions. je ferai, je ferai, je ferai. et moi un autre. la femme d’un matelot avait des châtaignes dans son tablier ; elle mâchonnait, mâchonnait, mâchonnait. mais je m’embarquerai avec lui dans un tamis, et sous la forme d’un rat sans queue… tu es bien bonne. et toi, ma sœur ? son mari est parti pour alep, comme patron du tigre… je te donnerai un vent. j’ai déjà tous les autres…

023 il vivra comme un maudit, pendant neuf fois neuf longues semaines ; il maigrira, s’affaiblira, languira ; montre-moi, montre-moi. le sommeil ne descendra ni jour ni nuit sur sa paupière enfoncée ; et tous les endroits marqués sur la carte des marins. Je le rendrai sec comme du foin, voyez ce que j’ai là. les ports vers lesquels ils soufflent… et si sa barque ne peut périr, du moins sera-t-elle battue par la tempête. macbeth arrive. le tambour ! le tambour ! c’est le pouce d’un pilote qui a fait naufrage en revenant dans son pays.

024 ainsi tournent, tournent, trois fois pour le tien, trois fois pour le mien, paix ! le charme est accompli. les sœurs du destin se tenant par la main, parcourant les terres et les mers, et trois fois encore pour faire neuf.

! MACBETH combien dit-on qu’il y a d’ici à forres ? BANQUO je n’ai jamais vu de jour si sombre et si beau. quelles sont ces créatures…

026 êtes-vous des êtres que l’homme puisse questionner ? vous semblez me comprendre… salut, macbeth ! et pourtant elles y sont. parlez, si vous pouvez ; qui êtes-vous ? elles ne ressemblent point aux habitants de la terre… je vous prendrais pour des femmes si votre barbe ne me défendait de le supposer. si décharnées et vêtues d’une manière si bizarre ? puisque vous placez toutes trois à la fois votre doigt décharné sur vos lèvres de parchemin.

027 salut, macbeth ! salut à toi, thane de cawdor ! ! salut à toi, thane de glamis ! salut, macbeth, toi qui seras roi un jour ! !

028 au nom de la vérité, êtes-vous des fantômes, ou êtes-vous en effet ce que vous paraissez être ? si vos regards peuvent pénétrer dans les germes du temps, dont le son vous doit être si doux ? tellement qu’il en est comme hors de lui-même ; et moi, vous ne me parlez pas. mon bon seigneur, pourquoi tressaillez-vous, et semblez-vous craindre des choses… vous saluez mon noble compagnon d’un titre nouveau, de la haute prédiction d’une illustre fortune et de royales espérances…

029 vos faveurs ou votre haine. salut ! parlez-moi donc à moi qui ne sollicite ni ne redoute… salut ! et démêler les semences qui doivent pousser et celles qui avorteront… salut ! moindre que macbeth et plus grand.

tu engendreras des rois, quoique tu ne le sois pas. banquo et macbeth, salut ! moins heureux, et cependant beaucoup plus heureux. ainsi salut, macbeth et banquo !

mais comment le serais-je de cawdor ? pas plus que d’être thane de cawdor. par la mort de sinel, je sais que je suis thane de glamis ; et devenir roi n’entre pas dans la perspective de ma croyance… demeurez ; vous dont les discours demeurent imparfaits, dites-m’en davantage. le thane de cawdor est vivant, est un seigneur prospère ;

032 et pourquoi arrêtez-vous nos pas sur ces bruyères desséchées par vos prophétiques saluts ? ! parlez, d’où tenez-vous ces étranges nouvelles, je vous somme de parler.

dans l’air ; et ce qui paraissait un corps s’est dissipé comme l’haleine dans les vents. ou bien aurions-nous mangé de cette racine de folie qui rend la raison captive ? c’est là ce que nous avons vu. où se sont-elles évanouies ? étaient-elles réellement ici ces choses dont nous parlons… de la terre comme de l’eau s’élèvent des bulles d’air ; plût à dieu qu’elles eussent demeuré plus longtemps !

035 et thane de cawdor aussi : cela ne s’est-il pas dit ainsi ? vous serez roi. mais qui vient à nous ? vos enfants seront rois. air et paroles. !

036 son étonnement et son admiration se disputaient en lui pour savoir ce qui devait lui rester ou t’appartenir. nous avons été envoyés… et à la lecture de tes exploits dans le combat contre les rebelles… il t’a trouvé au milieu des solides bataillons norwégiens, sans effroi, au milieu de ces étranges spectacles de mort, ouvrage de ta main. ANGUS macbeth, le roi a reçu avec joie la nouvelle de tes succès ; réduit par là au silence, en parcourant le reste des événements du même jour… chacun apportant et répandant devant lui les éloges que tu mérites pour cette étonnante défense de son royaume. aussi pressés que la parole, les courriers succédaient aux courriers…

037 ainsi, digne thane, salut sous ce nouveau titre… et pour gage de plus grands honneurs, il m’a ordonné de te saluer de sa part thane de cawdor. quoi ! le diable peut-il dire vrai ? pour te porter les remerciements de notre royal maître, pour te conduire en sa présence, non pour te récompenser. car il t’appartient.

038 celui qui fut thane de cawdor vit encore ; mais sous le poids d’un jugement auquel est soumise cette vie qu’il a mérité de perdre. thane de glamis et thane de cawdor ! pourquoi venez-vous me revêtir de vêtements empruntés ? mais des trahisons capitales, avouées et prouvées, l’ont perdu sans ressource. le thane de cawdor est vivant. s’il était d’intelligence avec le roi de norwége, ou s’il prêtait aux rebelles une aide et des secours clandestins, ou si, de concert avec tous deux, il travaillait à la ruine de son pays, c’est ce que j’ignore ;

le plus grand est encore à venir.

puisque celles qui m’ont salué thane de cawdor ne leur ont rien moins promis ? n’espérez-vous pas à présent que vos enfants seront rois, mais c’est étrange ; et souvent, pour nous attirer à notre perte, merci de votre peine. si vous le croyez sincèrement, cela pourrait bien aussi vous faire aspirer à obtenir la couronne, outre le titre de thane de cawdor ;

041 mes cousins, un mot, je vous prie. ils nous amorcent par des bagatelles permises, pour nous précipiter ensuite dans les conséquences les plus funestes. favorables prologues de la grande scène… les ministres des ténèbres nous disent la vérité : deux vérités m’ont été dites…

de ce royal sujet.

en commençant ainsi par une vérité ? je suis thane de cawdor. que toutes les fonctions en sont absorbées par les conjectures ; et rien n’y existe que ce qui n’est pas. si elle est mauvaise, pourquoi me donnerait-elle un gage de succès… mon esprit, où le meurtre n’est encore qu’un fantôme, ébranle tellement mon individu… cette instigation surnaturelle ne peut être mauvaise, ne peut être bonne. par un mouvement contraire aux lois de la nature ? les craintes présentes sont moins terribles que d’horribles pensées. je vous remercie, messieurs. si elle est bonne, pourquoi est-ce que je cède à cette suggestion, dont l’horrible image agite mes cheveux et fait que mon cœur, retenu à sa place, va frapper mes côtes…

eh bien ! le hasard peut me couronner sans que je m’en mêle. si le hasard veut me faire roi… voyez dans quelles réflexions est plongé notre compagnon.

qu’avec un peu d’usage. le temps et les heures avancent à travers la plus mauvaise journée. ces nouveaux honneurs lui font l’effet de nos habits neufs : ils ne collent au corps… arrive ce qui pourra ;

046 nobles seigneurs, vos services sont consignés dans un registre… réfléchissez à ce qui est arrivé ; pardonnez-moi : ma mauvaise tête se travaillait à retrouver des choses oubliées. allons trouver le roi. digne macbeth, nous attendons votre bon plaisir. dont chaque jour je tournerai la feuille pour les relire.

047 trèsvolontiers. allons, mes amis… et, plus à loisir, après avoir tout bien pesé, dans l’intervalle, nous en parlerons à cœur ouvert. jusque-là c’est assez.

Les Classiques en Manga D’après l’oeuvre de William Shakespeare MACBETH Disponible dès le 16 février 2022

Vous êtes fans de nos mangas ? Retrouvez toute notre actualité et plus encore sur notre site www.nobi-nobi.fr Rejoignez-nous sur nos pages Facebook, Twitter et Instagram pour suivre toute l’actualité de vos séries préférés, mais aussi partager vos avis et participer à des concours exceptionnels. nobi nobi! le manga pour les petits et les grands s’ils sont sages ! Pour ne rien rater, abonnez-vous à notre newsletter *

Vous êtes ici à la fin du livre. Ce manga est publié dans son sens de lecture original : Il faut donc le lire de droite à gauche. ATTENTION ! MANGA CLASSIC: MACBETH © 2018 Manga Classics, Inc. All rights reserved Originally published in 2018 by Manga Classics, Inc. French translation rights arranged with Manga Classics, Inc., through Tuttle-Mori Agency, Inc., Tokyo Édition française © 2022 Pika Édition / nobi nobi ! Tous droits réservés Traduction originale : François Guizot Postface : Tomoko Seigneurgens Adaptation graphique : Catherine Bouvier et Céline Olive (B.L.A.C.K. Studio) Charte graphique : Nans Grall Suivi éditorial : Julie Seta Direction éditoriale : Pierre-Alain Dufour Direction artistique : Olivier Pacciani Loi n° 49.956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. ISBN 978-2-37349-468-6 ISSN 2418-3210 Dépôt légal : février 2022 Imprimé par Grafica Veneta (Italie). nobi nobi ! s'engage pour l'environnement en réduisant l'impact carbone de ses livres. Rendez-vous sur www.pika-durable.fr Tous droits réservés. Reproductions, téléchargements et diffusions interdits.

RkJQdWJsaXNoZXIy ODQwMzA=